Identifier les facteurs nocifs : conclusion provisoire

Non seulemement les communautés scientifiques élargies avaient réussi à élaborer une classification des facteurs nocifs en quatre groupes, mais elles avaient aussi compris que les éléments des quatre groupes de facteurs nocifs pouvaient se combiner, pour produire des effets non souhaités sur la santé. Sur ce schéma en italien, les combinaison des quatre facteurs produisent des accidents (infortuni) et des maladies non facilement identifiables, car hors tableau, et la combinaison des facteurs 2 et 3 génère des maladies à caractère professionnel.

A l’époque de la mise en place de ces communautés scientifiques élargies, il avait déjà été identifié que les organisations du travail patronales généraient des atteintes plus ou moins fortes a la santé des travailleurs.

Aujourd’hui, en 2018, les choses se sont aggravées, puisque non seulement des salariés perdent la santé, mais un nombre non clairement identifié se suicide, car le travail ayant perdu sa fonction psychologique, il ne représente plus une occasion de reconstruire son équilibre psychique en cas de problèmes hors travail, qui est le lot de tous, un jour où l’autre. Dans le modèle d’analyse proposé par La Dispensa, les dépressions, les suicides, les harcèlements, se rapportent au groupe de facteurs n° 4, celui qui cible la fatigue d’origine non physique.

Monsieur Marc Andéol, l’un des membres de l’Association pour le cadastre des maladies éliminables, l’APCME, a été reçu le mercredi 6 juin 2018, par une commission de travail de l’Assemblée Nationale pour évoquer les relations santé-travail, et, sous serment, déclare ceci sur la vidéo que l’Assemblée met en ligne sur Dailymotion (lien) (la bande vidéo démarre à 7mn et 47 secondes ):

A propos du bruit : sur la bande vidéo, à 24 mn et 25 secondes : « Il y a en France plus de 5 millions de personnes atteintes de surdité sans qu’aucun organisme, sans que personne ne puisse nous dire, alors que tous les jours des médecins du travail réalisent des audiogrammes dans leurs établissements, combien de cas sont liés aux expositions en milieu professionnel, donc aux expositions éliminables ».

A propos des cancers, sur la bande vidéo à 24 mn et 47 secondes : « les cancers, puisque vous savez, il a désormais 400 000 nouveaux cas par an, et que – je défendrai le point de vue selon lequel – et je le démontrerai puisque nous l’avons documenté – une partie importante de ces cancers est due à des postes de travail ayant déjà causé dans le passé des cas de cancers et qui pour autant, n’ont pas été assainis ».

img_09_tendance_patronale_coul.png

L’hypothèse centrale que nous formulons ici est que sans la mobilisation des travailleurs eux-même pour le respect de leur propre santé, aucun organisme, aucun syndicat ne disposeront du rapport de force nécessaire pour faire cesser le scandale de l’inégalité de l’espérance de vie entre les ouvriers et les autres catégories de la population. Pour cette mobilisation, la Dispensa et les améliorations qui pourront y être apportées aujourd’hui est un outil incontournable.

img_08_combinaison_facteurs.png

Il ne faut pas oublier que les facteurs de nocivité se combinent, il est donc plus que nécessaire de mettre à contribution l'expérience ouvrière pour effectuer l'analyse des conséquences sur la santé, et d'abord la première étape, l'expression des ressentis des effets du travail sur le corps de chacun et de chacune. Les accidents (infortuni), les maladies liées au travail (malatie aspecifiche) et les maladies professionnelles reconnues doivent s'éliminer au fur et à mesure que le progrès technologique et scientifique se déploie.

img_10_alternative_ouvriere_coul.pngDans le cas contraire, il faut chercher les causes de la non-compétitivité des industries face aux objectifs de respect de la santé. En effet, le modèle dominant du moment privilégie les seuls profits financiers, au détriment de la santé des habitants de la planète. Il ne tient qu'aux travailleurs de faire reculer la pensée rétrograde du management par les peurs.

img_modele_comm_sc_elargie.png